33e Festival Les Instants Vidéo 2020

Notre appel à participation est maintenant fermé.
Nous remercions chaleureusement les plus de 1000 artistes qui nous ont fait la confiance de nous envoyer leur travail. Sachez que nous le regarderons avec attention, étant conscients que la poésie électronique est fragile et délicate : un frémissement.
Début octobre au plus tard, nous vous annoncerons individuellement la sélection.
La 33e édition du Festival Les Instants Vidéo débutera en novembre 2020 (expositions, projections, performances…) à Marseille, Friche la Belle de Mai et dans d’autres lieux de la ville. Comme chaque année, le festival se déroulera aussi dans d’autres villes de France ou à l’étranger. Chaque lieu recevra une programmation spécifique.
Avec cette 33e édition du festival Les Instants Vidéo, jamais notre manifestation n’aura coïncidé à ce point au rêve qui fit naître ce projet en 1988 : un laboratoire où l’exercice de nos droits poétiques et politiques peuvent s’appliquer pleinement, sans fard, joyeusement, malgré un environnement international de plus en plus hostile à la liberté d’expression des paroles fragiles et critiques.
Cette année, les Instants Vidéo vont pousser à leur paroxysme l’accueil des œuvres, après avoir annoncé en février dernier ce rêve inouï de nous mettre en quête de la beauté d’un geste éperdu.
Ce cheminement chaotique nous a petit à petit amené à fabriquer ce que nous avons fini par nommer des Esquisses corporelles, montage de textes et d’images d’hier et d’aujourd’hui, qui seront égrainées au fil du déroulement du festival.
Cet échafaudage délicat et féroce fut en grande partie élaboré durant cette étrange période dite de « confinement » que nous venons tou.te.s de traverser. Cette expérience sanitaire a mis en lumière une forme de gouvernance à l’échelle mondiale basée sur la peur que le pire pourrait advenir si nous n’appliquions pas à nous même la fameuse servitude volontaire dénoncée en son temps par La Boétie.
Une propagande très anxiogène paralyse désormais nos plus ardents rêves d’émancipation qui pourrait se formuler ainsi : Vie, la mort te guette, épée de Damoclès qui peut prendre indifféremment des formes multiples telles que le terrorisme islamique, la guerre, une pandémie, l’arrivée de migrant.e.s, le réchauffement climatique ou une crise économique… Dans un tel environnement, la laideur maquillée sous le fard d’une beauté de pacotille ne peut que s’imposer à nous, devant laquelle nous sommes sommés de nous habituer.
Prenant notre mal en patience, nous ne trouvons pas toujours la force de repousser le retour de vieux dogmatismes, qu’ils soient religieux ou politiques, nous promettant un Éden dangereusement fantasmé.
Cependant, au sein de ce chaos, des voix, des gestes, déchirent la nuit pour nous laisser entrevoir un autre monde possible ici et maintenant. Ce sont les paroles des poètes et de tou.te.s les mutin.e.s qui, mus par je ne sais quelle colère, ne céderont à aucun prix sur leur désir. Ensemble, ils/elles crient ces mots qui nous re-couragent : Mort, la vie te guette !
Cette phrase splendide apparut en 1965 sur le dos d’un costume dit du « nécrophile » porté par l’artiste surréaliste Jean Benoît que célèbre Annie Le Brun dans son merveilleux et profond livre « Un espace inobjectif ».
Les dix Esquisses qui accompagneront cette nouvelle édition des Instants Vidéo à Marseille (Friche la Belle de Mai) se terminent toutes par cette joyeuse injonction qui s’est aussi imposée à nous comme titre du festival. Jamais les Instants Vidéo n’auront à ce point réactivé leur projet initial de marier le « changer la vie » d’Arthur Rimbaud avec le « changer le monde » de Karl Marx.
Mort, la vie te guette!

www.instantsvideo.com
(2020-09-16)

||||

2020/21 Magmart | design & development:studio tad